L'actualité de Rennes-le-Château dévoilée

 

La Une

 

__________________

Portail de Rennes le Chateau

__________________

Interviews

________________________

 

Reportages

 

__________________

 

 Petites annonces

 

________________________

 

Forums 

 

________________________

 

Services

 

__________________

 

Contacter la rédaction

 

________________________

Newsletter 

Inscription

Désinscription

Positionnement et Statistiques Gratuites

La Gazette de Rennes-le-Château ©

 

 

 Octonovo informe la rédaction qu'il présentera une conférence le samedi 20 novembre à 15h00 à l'Hôtel Restaurant Bleu Marine Montparnasse, 30/40, rue du Commandant Mouchotte, 75014 Paris, tél : 01.56.54.84.00
Elle aura pour sujet : "
La
comptabilité de l'abbé SAUNIERE" et sera une reprise agrémentée de quelques-unes de ses dernières découvertes et de celles de cet été.
Prix d'entrée : 10€. Les éventuels bénéfices seront reversés à une association caritative de son choix!  

 

 Le chercheur et webmaster, Octonovo, a retrouvé les carnets de comptabilité de l'abbé Bérenger Saunière pour la période 1897-1915 et les carnets de correspondance de 1896-1915.  Cette trouvaille complète les carnets en possession d'Antoine Captier de 1893 à 1897 et ceux de Pierre Jarnac de 1915 à 1917!  Ces carnets avaient disparu depuis quelques décennies!

  Plus de 600 pages à dépouiller et à recouper avec les informations des autres carnets et les nombreuses théories sur le sujet.  Des pistes se fermeront, d'autres devront être prolongées suite aux révélations de l'auteur.  "J'espère que ce travail permettra de mieux cerner l'origine de ses revenus et leur utilisation réelle, ainsi que de répondre à quelques questions essentielles sur la réalité de son train de vie", nous a-t-il dit.

  Il a proposé à la Gazette de mettre en ligne deux pages pour que vous puissiez les comparer avec celles qui sont connues.

  Octonovo a fait une conférence sur le sujet :"La comptabilité de l'abbé Saunière" à la "Table de l'abbé" le vendredi 13 août 2004.

 

  Suite à celle-ci, il a répondu aux internautes sur le forum!  La Gazette reprend certaines de ses réponses avec son autorisation!

 

"Concernant la façon dont Bérenger SAUNIERE gère ses débits

La réponse se trouve sur
le tableau récapitulatif. L'abbé a un solde généralement très positif en fin de mois. Quand il dépense plus sur un mois, ce solde lui permet de solder ses échéances. Comme ces mois sont rares, l'abbé n'a pas de problème ou presque.

En réalité il n'a qu'une période difficile, mais je suis obligé pour l'expliquer de parler de la "rente des 20.000F".  
En 1899, 1900 et 1901, ses revenus sont très importants et, en janvier 1901, son "solde fin de mois" est supérieur à 20.000F (il a donc cette somme en réserve). En février, les 20.000F disparaissent de sa comptabilité sans explication. Ce n'est que plus tard que l'on comprend qu'il s'est constitué une rente à 3,5% auprès de la Caisse d'Epargne (déjà!).

Pour en revenir à ses difficultés de trésorerie, elles surviennent début 1905. Les travaux du domaine lui coûtent cher et l'on voit son "solde fin de mois" tendre peu à peu vers 0. En mars-avril 1905, il note :
(tiré des 20.000) ajouté en plus 5.000, et en conséquence, il pare au problème comme ceci. Sa rente ne porte plus que sur 15.000F.

Ainsi, l'abbé n'avait quasiment pas de problème de trésorerie et, lorsqu'il demande des délais de paiement, c'est plus pour la forme que par besoin. Cela se pratiquait pas mal à l'époque comme de nos jours le "paiement 90 jours fin de mois".



Concernant les bonnes âmes qui financent les maisons de retraite

Personne en particulier ne finance ce genre de bonnes oeuvres, sinon des particuliers (j'englobe les prêtres). C'est ce qui se passe à mon sens avec l'abbé SAUNIERE. Il est le maître-d'oeuvre du projet et est largement financé pour cela par ceux qui veulent l'aider.

Il y a là ce que j'appelle le double problème :

C'est une de ces mêmes personnes qui le finance largement, du début à la fin, qui est un de ses proches (et qui voit donc bien comment Bérenger SAUNIERE emploie cet argent), qui lui écrit vers 1911 (ou 1912, suite à ses démélés avec l'évêché)
vend TON domaine. Quand ce projet collectif est-il devenu la "propriété" de l'abbé?

Surtout que depuis le début, le domaine est au nom de Marie... Il ne s'agit donc ni d'une propriété collective, ni de la propriété de SAUNIERE. Mais, pour ce dernier point, une hypothèse existe : BS avait anticipé la loi de séparation de 1905, ce qui est tout à fait vraisemblable, car cette loi n'a pas été une surprise.



Vins et alcools

Comme vous le notez, BS faisait aussi un sacré commerce de vins et spiritueux. Outre ses vignes (qu'il traitait allègrement au souffre, bonjour le mal de crâne...), il avait un très lucratif commerce d'alcools. Pour l'essentiel rhum et melina qu'il achetait à un certain BOURGES, commandant (de marine visiblement) à la retraite à Toulon.
Les bénéfices de ces commerces n'apparaissent pas dans la compta, ou alors en divers."

 

 

Comptabilité de l'abbé Saunière

Octonovo©

 

 

 

Lettres de l'abbé Saunière

Octonovo©

 

Un forum a été créé par un internaute!  Octonovo lui répond et livre son sentiment et ses premiers commentaires!